Partie Jo ( le 69ème message du forum !!! lol )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Partie Jo ( le 69ème message du forum !!! lol )

Message  Jonathan le Ven 4 Fév - 18:45

Meme si c'est moi qui vais ordonner toutes nos recherches je poste ce que j'ai fait sur le forum.

3 principales recherches:

La théorie de la concurrence imparfaite
Les statistiques du marché de l'automobile français
La psychologie de la publicité avec une fiche de lecture de " La persuasion clandestine "

LA THEORIE DE LA CONCURRENCE IMPARFAITE
LE SECTEUR DE L'AUTOMOBILE REPOND A UNE CONCURRENCE PARFAITE OU IMPARFAITE?

Source: La concurrence imparfaite, Coll Repères, Jean Gabszewicz.
Un chapitre dédié au monopole, au oligopole et à la concurrence monopolistique de CPGE 1ère année.

Calcul de l'IHH (L'indice de Herfindahl-Hirschmann) pour voir si le secteur de l'automobile est concentré ou non: Sur le marché français, la somme des carrés des parts de marché est égale à environ 1200, sur le marché européen de 1000. Or d'après l'indice, si la somme est supérieure à 1000, le marché est assez concentré, ce qui correspond à une situation d'oligopole. Par conséquent le marché de l'automobile est un oligopole.

Quelques théories: - La Théorie de COURNOT: L'entreprise adapte ses quantités produites en fonction de celles de ses concurrents.
- La Théorie de BERTRAND: Il reprend la théorie de COURNOT mais remplace les quantités par les prix.
- La courbe des contrats d'EDGEWORTH - La Théorie de HOTTELING: Les clients s'éloignent ou se rapprochent pour faire varier la concurrence et donc l'effet sur le prix (exemple de la plage) = Monopole spatial.
- La fameuse Théorie des jeux: Exemple des prisonniers. Rapport aux décisions par rapport à celle des autres. Elle implique un équilibre coopératif ou au contraire non-coopératif.
- Il existe plusieurs types de monopoles. Les monopoles de fait (c'est à dire pas de candidat à l'entrée), les monopoles naturels, les monopoles initiaux (l'entreprise déjà implanté sur le marché peut facilement baisser les prix et décourager la nouvelle concurrence).
Toutes ces théories n'ont pas de grandes importance pour le sujet que nous avons choisi, inutile donc de les développer ici.

Il a été dit précédemment que le marché de l'automobile était un oligopole, c'est à dire qui comporte peu de vendeurs et beaucoup d'acheteurs. Nous allons analyser aspect par aspect (en reprenant les caractéristiques de la Concurrence pure et parfaite) les effets de l'oligopole sur le marché.

ATOMICITE : Elle n'est tout simplement pas respecté, l'oligopole se caractérise précisément par un petit nombre d'offreurs.
HOMOGENEITE : Possibilité de différenciation des produits: soit horizontale (rapport à l'espace), soit verticale (la qualité du produit). Différenciation d'un produit par ces caractéristiques ou attributs. Les demandeurs ont des produits « idéaux »différents. Exemple pour l'automobile: un père de famille va préférer un monospace alors qu'un jeune célibataire va vouloir un cabriolet rapide. Les consommateurs vont se rabattre sur les produits disponibles qui sont les moins éloignés de leur produit idéal. En outre il existe sur le marché de l'automobile des concurrences localisées; c'est à dire qu'une Golf peut se substituer à une Escort, mais une Lada n se substitue pas à une Ferrari.
TRANSPARENCE : Sur un oligopole, l'information est presque parfaite car il y a moins d'offreurs à comparer. Donc l'évolution du prix a des répercutions sur la consommation. C'est pourquoi un nouveau bonus qui diminuera le prix d'une automobile va faire augmenter la consommation des ménages.

On peut résumer les caractéristiques du marché de l'automobile que nous tentons d'étudier avec le tableau suivant: Le marché de l'automobile est en rouge.

EN VRAI IL Y A UN TABELAU MAIS JE N'ARRIVE PAS A LE METTRE SUR LE FORUM

Nous avons donc un oligopole différenciée. Le produit (l'automobile) répond à des attentes différentes selon les demandeurs et le prix va avoir un impact important sur leur consommation.


La mise en page est différente avec le fichier word, mais vous avez au mois un apperçu.

LES STATISTIQUES DU MARCHE DE L'AUTOMOBILE FRANCAIS
CONNAITRE L'IMPORTANCE DU MARCHE

Sources: Site internet du Comité des Constructeurs Français d'Automobiles
http://www.ccfa.fr/statistiques/faits-et-chiffres/en-france/

Objectif: se rendre compte de l'ampleur du marché, connaitre les voitures qui se vendent le mieux, apprécier l'utilisation de la voiture etc...

Top 10 des voitures les plus vendues en France:
1- 206/207
2- Mégane
3- Clio
4- C4-Xsara
5- Twingo
6- C3
7- 307
8- Fiesta
9- Golf
10- Polo
Les automobiles d'entrées et de moyennes gammes semblent être les plus vendues. Cela confirme notre souhait d'adapter notre concept aux « petites voitures » dans un premier temps; d'une part par ce qu'elles sont massivement vendues et d'autre part car le type de consommateur serait plus susceptible d'accepter de porter des marques sur son auto.

2 302 398 immatriculations en France en 2009
On pourrait imaginer dans les années à venir autant d'immatriculations que de « panneaux publicitaires mobiles » .

12800km, c'est le kilométrage annuel moyen en France (déplacements en voitures).
La publicité engendrée par notre concept serait donc très mobile et toucherait un grand nombre d'individus.

En 2009, les constructeurs français ont produit 5 362 643 voitures dans le monde entier. La question qu'il reste à répondre est la suivante: « Est ce que la publicité sur les automobiles seraient accepté dans tous les pays? Si les constructeurs français adoptent ce nouveau bonus, pourront-ils exporter leur modèle comportant ces publicités? »

Les chiffres avancées précédemment ne sont qu'utiles pour se donner une impression de l'importance du marché de l'automobile en France et ce que représenterait notre projet en terme de publicité. L'évolution passée et actuelle du marché est inutile.

LA PSYCHOLOGIE DE LA PUBLICITE A TRAVERS LA FICHE DE LECTURE DE LA PERSUASION CLANDESTINE
CONNAITRE LE MODE OPERATOIRE DES PUBLICITAIRES ET CE QU'IL S'EST PASSE AUPARAVANT

La persuasion clandestine, Vance Packard, 1957

L'objectif de cet ouvrage est de tenter d'élucider la manipulation inconsciente qu'on opère sur nous au quotidien. Cet essai date des années 50, et relate les actions menées par les publicitaires et psychologues américains pour tenter de vendre plus.
L'œuvre se divise en deux grandes parties: la première, abondante, exprime la persuasion opérée sur le consommateur, et la seconde sur le citoyen. Dans le cadre de notre mémoire, qui est accès sur la publicité à outrance, seul la partie concernant la psychologie du consommateur et les procédés opérés sur lui seront étudiés.

I – On peut retenir de cet ouvrage plusieurs analyses en rapport avec notre mémoire

Par rapport à nos décisions en matière d'achats, les publicitaires tentent d'atteindre notre subconscient. Vance Packard qualifient ces publicitaires de « manipulateurs », qui sont largement aidés par les savants (psychologues, psychiatres, sociologues...). Mais avant l'arrivée des savants, les industriels n'avaient recours qu'aux sondages pour essayer de comprendre les grandes modes et pour mieux connaître les consommateurs. Ces sondages se sont avérés très peu fiables. Mais dès les années 50, on chercha à stimuler le client; « Le client est roi » devient le mot d'ordre. Les industriels ont cherché à se préoccuper plus de la vente que de la production, comme ils l'avaient toujours fait.
Dans les années 50, il y a eu un engouement pour la Recherche des Mobiles (RM). La RM est une science qui explore nos attitudes à l'égard des produits au niveau du subconscient et de l'inconscient. Les sondages sont devenus des sondages de l'inconscient, similaires à des consultations effectuées en clinique sur des malades. L'hypnose fut également employée.
Après l'arrivée de standardisation, il y eut la nécessité de créer des images pour différencier des produits de plus en plus identiques. Vance Packard décrit une étude effectuée sur 300 fumeurs et 3 marques de cigarettes. Chaque individu était fidèle à une marque. Lors d'un test, seul 30% reconnu sa marque préférée. L'étude fit conclure que l'on achète plus une image que le contenu du produit lui-même.
Les « manipulateurs » ont également crée le « vieillissement psychologique »: une fois que tous les ménages américains étaient dotés d'une automobile, d'un réfrigérateur, d'une nouvelle cuisine etc... il fallait persuader les consommateurs que leur produit était vieux et qu'il fallait le remplacer.
De plus, la Recherche des Mobiles constata rapidement que le produit acheté est étroitement lié à nos émotions. Par exemple l'achat d'une automobile se fait en fonction de la personnalité du consommateur; on exhibe la voiture qui nous correspond. L'automobile permet également de satisfaire l'un de nos 6 besoins cachés: le sentiment de puissance. Le consommateur va acheté une grosse voiture pour affirmer sa virilité. Toujours par rapport aux sentiments, Mr, Weiss déclara « La publicité peut devenir plus efficace si elle se concentre sur les problèmes émotifs que sur la description du confort ». Cette affirmation est fondamentale et est appliquée chaque jour lors de la création des nouvelles publicités. Les publicitaires ont recours à la sexualité lors des réclames dans le secteurs du parfum mais également dans bien d'autres domaines. La sensation du retour à l'enfance est une des motivations subconsciente qui nous poussent à consommer certains produits comme le lait, la cigarette, les produits « doux » en général...
Les supermarchés et les emballages sont disposés de telle sorte que les achats soient impulsifs. Les emballages rouges attireront plus les femmes alors que c'est le bleu que préfèreront les hommes. D'après une étude, 7 achats sur 10 sont impulsifs. Même des gros achats comme un réfrigérateur par exemple sont effectués impulsivement, souvent pour se libérer d'une tension dont l'achat la soulage.

II – A partir de cet ouvrage, que peut-on tirer comme conclusion quant à notre projet ?

Nos achats ne sont pas rationnels. La persuasion clandestine nous montre très largement que ce sont l'inconscient et le subconscient qui opèrent sur les consommateurs lors de leurs achats. Un emballage attrayant, avec une belle couleur, peur suffire à avoir de bons résultats de vente.
Afficher soigneusement le logo d'enseignes sur les automobiles correspond tout à fait au mode opératoire nécessaire pour faire vendre plus. En effet le fait de voir sans cesse le logo d'une enseigne, pour les piétons en milieux urbains par exemple, agira sur le subconscient des consommateurs une fois qu'ils seront sur le point d'acheter. Le « manipulé » (le consommateur) achètera une marque parce qu'elle lui semblera familière. Certains se souviendront qu'ils auront vu telle ou telle marque affichée sur une voiture, et d'autres ne pourront expliquer cette familiarité envers la marque (c'est donc le subconscient qui en en jeu). Voilà en quoi les enseignes partenaires auront tout intérêt à signer les contrats avec les constructeurs automobiles qui adopteront notre concept du « bonus partenarial ».[/justify]

avatar
Jonathan
Admin

Messages : 46
Date d'inscription : 03/12/2010
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://memoire-descartes.forumactif.info

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum